Résidence Les Vernelles Le Havre (76)

Résidence Les Vernelles

Le Havre (76)

Maîtrise d’ouvrage : Logeo Seine Estuaire
Maîtrise d’œuvre : Atelier Bettinger Desplanques, architecte mandataire
Les 2 Cyclopes, paysagistes ; AUXITEC, BET structure et électricité ; QSB, BET structure bois ; Lecacheur, BET thermique ; Reber, économiste ; Viamap, BET VRD
Montant des travaux : 12 500 000 euros H.T.
Surface : 7 990 m² surface plancher
Calendrier : chantier en cours, livraison 2020
Performances énergétiques : THPE RT2012 -20%, Label Qualitel HQE 2012

Construction de 90 logements collectifs, intermédiaires et individuels rue Maurice Genevoix au Havre.

Le terrain à aménager est une grande parcelle fermée ayant pour accès la rue Maurice Genevoix en partie nord et la rue Estienne d’Orves. Le souhait de créer un projet dense est ici accompagné par celui d’offrir une grande diversité de typologies de bâtiments.

Le projet propose de réaliser à la fois des logements collectifs (R+3, ascenseur), des petits collectifs (R+2, circulations communes extérieures), des logements intermédiaires (logements individuels superposés), des logements individuels en bande ou groupés. La volonté de garder un bâtiment ancien participe à cette diversité. Cette mixité de bâtiments permet d’offrir une large diversité de lieux de par leur nature et leur mode de fonctionnement dans un seul et même complexe résidentiel. Hormis pour les maisons vouées à l’accession, les espaces de pré-habitation ne sont pas clôturés. Il n’y a pas de résidentialisation individuelle.

L’aménagement des espaces publics est au service du paysage. Il s’agit de faire correspondre densité d’habitation et qualité de vie. Les espaces se dessinent par des jeux simples de densité végétale, ménageant des transparences sur les vues lointaines et assurant un confort d’intimité pour les nouveaux habitants, sans vis-à-vis.

Le plot central poursuit l’écriture architecturale des 2 angles, à la fois en hauteur et en volumétrie. De part et d’autre, deux failles construites sur deux niveaux en retrait introduisent les éléments de respiration et d’échappées visuelles dans cette composition linéaire.